+45 32 57 33 16

Nous sommes là pour vous

Nos horaires d'ouverture

Lun., jeu 8h -18h

Mar, mer, ven 8h-16h

Week-ends et jours fériés de 08h30 à 15h.

Consultations et/ou traitement sans délai d’attente

Contactez-nous

Remplissez le formulaire de contact

+45 32 57 33 16

info[at]storkklinik.dk

Remplir le dossier éléctronique ici!

Nous nous réjouissons d'avoir de vos nouvelles

 

 

Congélation d’ovocytes

Tandis que la congélation de sperme et même des embryons au stade pronucléaire -, au stade de division cellulaire jusqu’à 8,- ou au stade de blastocyste, a été une méthode standard pendant de nombreuses années, jusqu’en 2010, on ne savait pas si un procédé identique et efficace existait pour la congélation d’ovocytes non fécondés. En 2010, les premiers groupes de travail européens sur la question, ont démontré qu’à l’aide de méthodes spéciales de congélation, on pouvait atteindre des taux de grossesses équivalents à ceux obtenus avec des ovules « frais ». Au début, la congélation d’ovules (cryopréservation) était dédiée principalement aux femmes victimes d’infertilité probable en raison d’effets secondaires d’un traitement imminent - par ex. en relation avec une chimiothérapie. Cependant, la technique entre-temps a été appliquée aussi pour donner aux femmes la possibilité de planifier leur vie avec une plus grande flexibilité. En effet, pour les femmes qui en raison du travail ou de leur vie privée ne peuvent ou ne veulent entamer une grossesse dans l’immédiat, il est possible de congeler leurs ovocytes provisoirement dans l’attente de décider une grossesse plus tard. Cette congélation d’ovules non fécondés pour utilisation ultérieure s’appelle aussi : « social freezing ».

Congélation d’ovocytes non fécondés : Fondement biologique

Dès la naissance, la femme détient déjà un certain nombre d’ovules et il ne s’en formera pas d'autres au cours de toute sa vie. En fait, avec l’âge, le stock d’ovules de la femme se réduit.

C’est pourquoi, deux problèmes se présentent avec l’âge de la femme infertile :

  1. Plus la femme est âgée et moins il y a d’ovules susceptibles de conduire à une ovulation réussie. Ce qui réduit d’autant les chances de fécondation.
  2. L’âge de la femme a également de l’influence sur la qualité des ovules. En règle générale, on considère que la probabilité de malformations, de complications et d’avortements spontanés augmente à partir de 35 ans, tandis que les chances de tomber enceinte se réduisent. En réalité, cette régression débute même avant les 35 ans mais les conséquences sont nettement moindres

La congélation d’ovules peut augmenter les chances de grossesse à une date ultérieure, puisque les ovules prélevés sont sains et « jeunes ».

Comment se déroule la congélation d’ovocyte ?

Globalement, la congélation se déroule en trois étapes :

1. Ponction d’ovocytes

Quand une femme se décide à faire congeler ses ovules, la première étape consiste naturellement à lui prélever autant d’ovules que possible. Dans ce cas-là, la femme se prête généralement à une stimulation hormonale stimulant la maturation de l’ovule. A l’aide d’échographies régulières, on peut surveiller la maturation des follicules. On prélève, à un moment favorable et sous anesthésie locale, les ovules par introduction d’une mince aiguille dans le vagin. La femme n’a pas à craindre pour l’appauvrissement de son stock d’ovules à cause de cette ponction de plusieurs ovules, il en restera toujours assez. Chaque mois, il y a un nombre précis d’ovules qui sont « réceptifs » à la stimulation. Au cours du cycle naturel, il y a un seul follicule qui se distingue tandis que tous les autres de ce cycle sont perdus, et, par la stimulation ce sont ces ovules mensuels – qui sinon auraient été perdus – qu’on utilise.

2. Conservation

Les ovules prélevés et conservés à basse température : - 196 °C peuvent l’être en sûreté dans cet état durant une décennie. Plus on conserve d’ovocytes, plus nous avons de chances de tomber enceinte. Les résultats des recherches les plus sérieuses à cet égard laissent penser qu’aujourd’hui la chance de connaitre une naissance réussie est de 40 % avec 10 ovules conservés, 60 % avec12 ovules et 90 % avec 20 quand ceux-ci ont été prélevés dans la phase propice vitale (c.à.d.quand la femme a moins de 30 ans).

3. Fécondation

Si plus tard, il s’avère que la grossesse ne peut pas être obtenue de façon naturelle, le couple peut toujours profiter des ovules cryopréservés. Ces derniers sont fécondés par le sperme du partenaire (ou venant d’un donneur) à l’extérieur de l’utérus (in-vitro) et après quoi, les ovules ainsi fécondés sont introduits dans l’utérus de la femme.

Quel est le moment le plus favorable pour la congélation d’ovocytes ?

Comme les chances de grossesses naturelles se réduisent déjà à partir de la trentaine, il est judicieux d'entreprendre la congélation d’ovules le plus tôt possible. Les résultats des recherches les plus sérieuses à cet égard laissent penser qu’aujourd’hui la chance de connaitre une naissance réussie est de 40 % avec 10 ovules conservés, 60 % avec12 ovules et 90 % avec 20 quand ceux-ci ont été prélevés dans la phase propice vitale (c.à.d.quand la femme a moins de 30 ans).

Si les ovules sont congelés après que la fécondation a eu lieu, il y a une plus grande chance de survie des ovules et ultérieurement d'une grossesse.

Combien d’ovules doit-on prélever ?

La congélation d’ovules augmente à coup sûr la probabilité d’une grossesse ultérieure, mais nous ne pouvons le garantir. Pour augmenter les chances de réussite, on congèle et stocke plusieurs ovules. Plus la femme est âgée au moment de la congélation de ses ovules, plus la probabilité d’une grossesse ultérieure se réduit, vu que la qualité de l’ovule est déjà réduite. C’est pourquoi, il faut ponctionner le plus possible d’ovules, ce qui, dans cette situation-là, peut s’avérer difficile puisque le stock d’ovules est déjà réduit. Il se peut qu’il soit nécessaire d’opérer plusieurs stimulations hormonales et ponctions d’ovules.

Risques et effets indésirables éventuels pour la mère et l’enfant

Selon diverses recherches, il y a à peu près les mêmes risques pour les enfants nés d’une grossesse avec ovules décongelés que pour ceux qui sont nés d’une grossesse normale à traitement type FIV-/ICSI. Le traitement hormonal nécessité par le principe de congélation d’ovules n’est en général que peu éprouvant pour le corps. On peut dire qu’aujourd’hui, grâce aux protocoles de stimulation appropriés, le syndrome d’hyperstimulation ne se rencontre presque plus. Les conseils individuels et personnalisés font toujours partie du traitement

Autres sujets qui pourraient vous intéresser :

Nous sommes là pour vous

N'hésitez pas à nous contacter!

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous

Nos heures d'ouverture:

Lun, jeu 8h-18h
Mar, mer, ven 8h-16h
Week-ends et jours fériés de 08h30 à 15h.

Contactez-nous:

✉ info[at]storkklinik.dk
+45 32 57 33 16

Nous nous réjouissons d'avoir de vos nouvelles!